Pensée du jour n°1

Publié le 30 Octobre 2012

Pensée du jour n°1

En me brossant les dents ce soir, j'ai pensé (et oui, ça m'arrive, et mes meilleures idées arrivent souvent à des moments incongrus !).

Je suis arrivée à la conclusion que, dans un couple qui s'aime et se sépare, le plus courageux des deux est sans doute celui qui met fin à l'histoire. Bien sûr, il y a quand même des conditions, mais imaginez.

Se séparer de quelqu'un qu'on a aimé et qui vous aime encore, c'est un acte égoïste. Egoïste car ce n'est penser qu'à son propre bonheur, sa propre liberté. Mais c'est aussi un acte de bravoure, dans le sens où on sait qu'on va faire souffrir l'autre. Mais faire semblant, ce n'est pas non plus une bonne idée. C'est comme un pansement, vous savez ? Il vaut mieux l'enlever vite, d'un coup. Lentement, ça fait plus mal encore.

Je pense que pour une séparation, c'est pareil. Rompre, c'est déchirer d'un geste sec ce lien qui nous a attaché à l'autre en une seconde, pour que cet autre ne souffre pas aussi longtemps. Si on fait semblant, l'autre finira par sentir qu'il y a quelque chose. Et dès ce moment, son bonheur sera taché de doute. Il n'y a rien de plus terrible que le doute.

Pourquoi appeler son blog "voir la vie le verre à moitié plein" si c'est pour faire des articles si déprimants me direz vous ?

Réfléchissez. Penser à une situation, c'est déjà la voir avec du recul, et donc s'en détacher. Si vous avez été quitté par quelqu'un que vous aimez et surtout qui vous a vraiment aimé, alors ça vous permettra peut-être de voir votre situation d'un autre oeil. Peut-être que vous me haïrez d'avoir fait un tel commentaire.

Quoi qu'il en soit, penser, c'est toujours grandir.

Rédigé par Lolartifice

Commenter cet article

Keidan 06/06/2013 13:40

Ayant vécu les deux situations que tu cites, je ne peux qu'approuver.
Mais c'est peut être quand même un peu plus compliqué que cela.
Je m'explique: être celui qui décide de rompre c'est se livrer un combat avec soit même, apprendre à se connaitre, et l'accepter aussi. Plus longtemps on mettra de temps à accepter cette partie de nous (une des pires façons d'être égoïste: faire souffrir l'autre pour son propre bien) plus longtemps on souffrira. Etre conscient que l'on fait souffrir celui ou celle que l'on a aimé plus que tout, c'est comme se regarder dans un miroir et ne voir que le mauvais coté de son âme.
Lorsque l'on subit cette séparation, nous livrons un combat différent, bien qu'il soit toujours contre soit même. Ces fameuses questions: pourquoi? Qu'ai je fais? Que n'ai je pas fais?...
C'est se remettre en question, et se remettre en question dans le cas d'une séparation ça peux faire vraiment très mal...
La façon dont je m'en suis sortie le mieux dans les deux cas, c'est finalement de regarder tout de loin, et de relativiser.

Bien sûr mon vécu n'est pas celui des autres, mais c'est en relativisant ce cette façon que je suis parvenu à ces conclusions, qui m'ont permis de continuer à vivre avec moi même.

Lolartifice 09/06/2013 15:55

C'est sûr que quelle que soit la situation, ça fait mal et c'est loin d'être facile à vivre. Je voulais juste mettre l'accent sur le fait qu'on plaint souvent la personne qui se fait quitter alors que, dans le cas d'une séparation honnête et franche, ce n'est pas la seule à souffrir !
Merci pour ton commentaire.