Pensée du jour n°5.

Publié le 4 Novembre 2012

Pensée du jour n°5.

Dans le même genre de pensée que la pensée n°4, j'en ai une autre pour les jeunes et les moins jeunes d'ailleurs. Cette réflexion concerne l'alcool et les cigarettes.

Dès la primaire, je me souviens qu'avec quelques copines, on jouait au papa et à la maman, et les adultes avaient l'avantage d'avoir le droit de "fumer". Pour ça, on prenait des bâtons de bois fins et on se fabriquait des faux paquets en pliant une feuille de papier. Et c'était la classe.

Dans ma famille proche, personne ne fume. C'est une chose dont je suis assez fière. Parce que je n'aimais pas, quand j'allais chez ma meilleure copine, sentir dès la porte d'entrée l'odeur âcre qui resterait collée à mes vêtements pendant des heures après mon départ.

Par la suite, au collège, certains amis ont commencé à fumer pour de vrai. Ils avaient l'air hyper fiers, et j'avais l'impression d'être la seule à trouver ça nul. Bien sûr, moi aussi (je n'étais pas complètement différente) je trouvais que ça faisait adulte, grand. Je me sentais trahie dès que quelqu'un annonçait en bombant le torse que ça y est, il avait fumé sa première cigarette. D'ailleurs, aujourd'hui, c'est un peu toujours la même chose.

Je ne comprends pas ces jeunes qui, pourtant justement jeunes, dynamiques, l'avenir devant eux, se ruinent en achetant des paquets de cigarettes. Quand ils fument, ils ont le même air réjouis que mes camarades au collège. Pourquoi cet engouement sans borne pour cette substance nocive, chère et nauséabonde ? Certains amis aujourd'hui ont honte lorsqu'ils fument devant moi ; ils connaissent mes opinions, et c'est comme si me voir leur rappelait que "Fumer tue".

Nous n'avons pourtant pas besoin de la cigarette pour avoir l'air grand, d'abord parce qu'on le devient, inexorablement, mais aussi parce que nous avons sans arrêt besoin d'argent et que le tabac coûte cher. J'en ai vu demander de l'argent au Père Noël pour pouvoir se payer les paquets de cigarettes indispensables en soirée. Quoi de plus triste ?

Voilà un article bien moralisateur, et ce n'est pas fini.

Parce que j'ai aussi une opinion sur l'alcool. Parce que, pour être franche, je ne comprends pas l'intérêt de se soûler au point de ne plus se rappeler ce qu'on a fait la veille. Une fille qui s'écroule pour comater dans un coin au milieu d'une soirée, ça aussi je trouve ça triste. Bien sûr, je n'ai rien contre ceux qui boivent un coup de temps en temps pour passer une soirée sympa entre amis. Mais là encore, pour moi, l'alcool n'est pas indispensable. Personnellement, je n'ai pas besoin d'alcool pour m'amuser. Là aussi ça serait bien triste.

Sur ce, je vous laisse méditer.

Quoi qu'il en soit, penser, c'est toujours grandir.

[Donc pas besoin de cigarettes pour ça !]

Rédigé par Lolartifice

Commenter cet article

Lolartifice 19/11/2012 12:09

Je comprends tout à fait, Sviva, je parlais surtout du cas que tu évoques dans ton second commentaire !

Sviva 08/11/2012 22:20

et je rajouterais: je suis d'accord avec toi sur le fait qu'une fille qui se soule à la vodka pour finir dans un coin, c'est assez bete, oui.

Sviva 08/11/2012 22:19

ah la la ! je suis tombée par hasard sur ton blog. Tant mieux pour toi si tu t'amuses sans alcool. Beaucoup de gens y arrivent, mais l'alcool ne sert pas qu'à se souler ! Je suis amatrice de grand crus et il m'est arrivé d'être bien pompette voire ivre parce que j'avais un peu trop bu (et ce n'étaient que des vins excellents!). Et il existe aussi le "plaisir de l'ivresse"...Goûtes y un jour, parce que parfois ça fait du bien. Attention, à toujours consommer avec modération !
bon courage avec ton blog, bises
Sviva.